Les handballeuses françaises décrochent leur billet pour Rio Soyez le premier à noter cette Intox !

En remportant avec autorité le dernier match-couperet face au Japon, 25 à 17, dimanche au TQO de Metz, les handballeuses françaises ont gagné leur billet pour les Jeux olympiques de Rio. Les Bleues sont parvenues à surmonter la très forte pression qui pesait sur leurs épaules et ont fait respecter assez facilement la hiérarchie face aux 19es du dernier Mondial. La France participera aux Jeux pour la cinquième fois d’affilée. Elle n’est encore jamais montée sur le podium.
Le sélectionneur Olivier Krumbholz, rappelé après l’échec au Mondial, a rempli la première partie de son contrat. Certes, cette qualification ne peut pas passer pour un exploit car les Françaises étaient dans un groupe très abordable, mais l’entraîneur emblématique du hand français, déjà aux commandes de 1998 à 2013, a réussi à ramener la sérénité dans un groupe secoué par une affaire extra-sportive qui menaçait de ternir son image.
Source provenant de Le Point
Contestation

  On avait appris après l’élimination en quart de finale par les Pays-Bas que l’ancien sélectionneur Alain Portes avait été visé par une campagne de dénigrement menée sur les réseaux sociaux par un mystérieux « corbeau ». La Fédération s’était alors résolue à changer l’encadrement pour préserver l’avenir sportif de l’équipe. De façon prévisible, vu l’enjeu, les Françaises ont commencé le match un peu tendues. Après la défaite dès le premier match contre les Néerlandaises vendredi (24-17), elles n’avaient plus le droit à l’erreur.
Elles n’abordaient pas ce rendez-vous crucial dans les meilleures conditions, car l’entorse d’Alexandra Lacrabère, qui n’a pas participé au tournoi, et la mauvaise chute de Camille Ayglon, la veille face à la Tunisie, faisaient craindre une pénurie de gauchères. La Nîmoise a tenu sa place et a été relayée en attaque par Estelle Nzé Minko, très convaincante (4 buts) dans un rôle difficile puisqu’elle est droitière.